Accueil › À l'affiche › Agriculteurs du mois › P. et J. Demollière - Producteurs de volailles de chair


Déc 2010

Portrait réalisé en 2010.
Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.



GAEC des Gaudrons : Patrice et Joël DEMOLLIÈRE

Producteurs de volailles de chair à Puiselet-le-Marais (95).

Présentation

Niché dans le creux d'un vallon, à une dizaine de kilomètres d'Étampes, le village de Puiselet-le-Marais regroupe quelques exploitations en productions animales. Le Groupement Agricole d'Exploitation en Commun (GAEC) des Gaudrons en fait partie.

La présence d'un élevage de volailles en nord de Beauce, région naturelle réputée pour sa production céréalière, peut en surprendre plus d'un. Il s'agit pourtant pour la ferme d'un engagement de longue date.


Historique : un savoir-faire familial éprouvé depuis 40 ans

Les parents de Patrice et Joël DEMOLLIÈRE, associés au sein du GAEC, pratiquaient à l'origine la culture de céréales, avec un élevage laitier de 6 à 8 vaches. Constatant la disparition progressive de l’élevage laitier et interpellés par le manque de goût des volailles industrielles, ils ont choisi il y a 40 ans d'intégrer progressivement la production de volailles à leur exploitation. Dès les débuts, ils font le choix de la qualité en privilégiant une nourriture provenant directement de la ferme et ils s'orientent vers la vente directe.

Joël s'installe en 1983, ce qui aboutit à la création du GAEC des Gaudrons. Puis Patrice prend la relève de son père à partir de 1990. Aujourd'hui, le fils de Joël est employé comme salarié et envisage de s'installer à terme : la relève est assurée !



Végétaux et animaux marchent de concert

Avec 50% de la surface implantée en blé et environ 7% en maïs, Patrice et Joël parviennent à prélever l'essentiel de la nourriture indispensable à l'élevage. Les blés meuniers, à l'exception de certaines variétés qui peuvent poser des problèmes de digestibilité, rentrent d'ailleurs sans difficultés dans l'alimentation. Toutes les productions végétales sont cultivées de manière raisonnée, avec des doses de produits phytosanitaires largement inférieures aux doses autorisées par les procédures d'homologation des produits. Sur blé, ils ne procèdent plus à aucun traitement insecticide. Les tourteaux de soja constituent le seul achat réalisé pour l'alimentation. Le pois est en effet un laxatif pour la volaille et les tourteaux de colza donnent un goût désagréable à la viande.


En terme d'organisation du travail, l'heure est aussi à la complémentarité puisque, si Patrice prend en charge l'atelier volailles et Joël et son fils les productions végétales, la flexibilité est de mise lors des pics de travail.



De l'élevage à la transformation, le goût avant tout !

Quelles que soient les espèces de volaille, les poussins arrivent à un jour. Étant donné l'absence totale d'accouveur dans les environs, Patrice et Joël s'approvisionnent dans l'Eure, la Vendée et l'Indre-et-Loire. De même, le vétérinaire le plus proche se situe dans le Loiret, à 45 minutes de route !

Les volailles de Noël arrivent entre le 15 mai et le 15 juin. La liste des espèces élevées au GAEC des Gaudrons paraît particulièrement impressionnante: oies, dindes, chapons, poulardes, canards de Barbarie, canettes, pintades, poulets, coqs et poules de réforme. Durant la période d'élevage, les volailles disposent d'un parc d'1.7 ha composé de prairies et, après moisson, des chaumes pour les oies.


Le GAEC met à profit un abattoir administrativement enregistré comme « tuerie », ce qui lui permet de commercialiser à des revendeurs dans un rayon de 80 km. L'abattoir a été récemment rénové pour intégrer une zone de transformation. L'objectif est ainsi de diversifier les produits proposés à la clientèle. Les abattages se font tous les jeudi matin. Le volume traité varie en fonction de la demande mais il tourne habituellement autour de 300 volailles. La traçabilité et le respect des règles sanitaires sont au cœur de cette étape du processus de production : un cahier d'élevage rassemble les informations sur les aliments fournis pour chaque lot de bêtes, un protocole de nettoyage et de suivi de la température assure une bonne hygiène des opérations.

Pendant la période de Noël, les abattages se font tous les jours afin d'assurer un maximum de fraîcheur des produits à la clientèle. Cette période constitue le pic de production, à l'opposé des trois premières semaines d'août.


Pintades et poulets sont commercialisées à partir de 105 jours. C'est le moment où les animaux arrivent à maturité sexuelle et où, en conséquence, la viande commence à avoir du goût. L'approche qualitative du produit se base donc sur des standards bien plus exigeants que ceux communément mis en oeuvre dans la production industrielle ! Signalons enfin qu'en parallèle de la volaille de chair, des poules pondeuses et des lapins sont élevés. Le but est de veiller à la fraîcheur et à la qualité des œufs, ce qui dépend directement du type d'alimentation. Les oeufs commercialisés peuvent être utilisés comme œufs à la coque ou pour faire des plats type « mousse au chocolat ».



Des produits de qualité pour tous les porte-monnaie

Depuis 1983, l'exploitation a investi dans un local de vente, qu'elle a récemment agrandi. Associés à d'autres producteurs, Patrice et Joël proposent ainsi une large gamme de produits alimentaires.

Il est possible de commander les animaux dès le mercredi afin d'en disposer pour le week-end. En période festive, cette précaution n'est pas de trop, puisque les effectifs d'animaux disponibles à la vente sont limités ! Pour autant, si vous n'avez pas commandé, de multiples solutions de remplacement vous seront proposées en fonction de ce que vous recherchez.

Les premières grosses volailles de Noël partent dès le 10 décembre, jusqu'à début janvier environ. Les animaux sont vendus prêts à être mis au four, le choix se faisant en fonction du nombre de personnes qui vont le consommer. Ainsi, l'oie grise ou oie de Toulouse a un poids de carcasse plus élevé que l'oie blanche ou oie d'Alsace ; la dinde bronzée fait 6.5 kg au four, la dinde noire 4.5 kg ; le canard peut être consommé par environ 10 personnes, alors que la cane vise plutôt les 5 personnes.


Le panel d'animaux proposés à la vente est tellement large qu'il y a du choix pour tous les moyens. Si votre budget est serré, vous pouvez par exemple vous porter sur une poule de réforme, qui, mijotée, sera tout aussi excellente que bien d'autres volailles. Et Joël et Patrice se feront fort, lors de votre achat, de vous donner de précieux conseils pour agrémenter au mieux la volaille que vous aurez choisie.



Informations

Comme de nombreux clients qui partent vers les pays du nord de l'Europe pour les fêtes de fin d'année le font déjà, vous pourrez de surcroît congeler vos achats si nécessaire. Alors rendez-vous au local de vente du GAEC des Gaudrons pour des fêtes de fin d'année hautes en goût !


GAEC des Gaudrons

36 rue de la Grande Vallée
91150 Puiselet-le-Marais
Tél. : 01.64.95.81.10


Horaires d'ouverture du magasin
vendredi et samedi : 9h à 12h30 et 14h à 18h30
dimanche et jours fériés : 10h30 à 12h




Commentaires

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire en ligne au rédacteur.