Accueil › À l'affiche › Agriculteurs du mois › Frères Emery - Boutique du Terroir et pêche


Avr 2010

Portrait réalisé en 2010.
Les informations sont susceptibles d'avoir évolué.
N'hésitez pas à consulter la fiche « producteur ».



Franck, Jérôme et Sébastien EMERY

La Ferme du Moulin du Haubert : boutique du terroir et étangs de pêche.
Une diversification en polyculture ?!


Idée de sortie pour les amateurs de paisible verdure : dans le Parc Naturel du Vexin Français, à Brueil en Vexin, passer une journée à la ferme du Moulin du Haubert vous apportera calme et sérénité. A la boutique de produits du terroir de la Ferme, vous pourrez vous fournir en produits locaux que vous dégusterez ensuite en regardant les pêcheurs au bord de l’étang ou en jetant vous même votre ligne à l’eau ! La famille EMERY n’attend plus que vous !

Une exploitation familiale tournée vers la diversification

Retour sur cette dynamique entreprise familiale...

Alors qu’elle exploitait pour le compte d’un propriétaire les terres de la ferme du Moulin du Haubert depuis 3 générations, la famille EMERY devient propriétaire de son exploitation, ancienne ferme du Château de la Chartre en 1989.

La commercialisation, une histoire de famille

Si les frères EMERY sont actuellement éleveurs et céréaliers, les grand-parents maternels étaient maraîchers. Le point commun entre les générations reste la commercialisation, depuis la vente de légumes chez un grossiste des Halles de Paris dans les années 60 à l’actuelle boutique de produits fermiers créée en 1989.

En effet, alors que cette année là, Franck devient aide familial, les 59 ha de céréales que compte l’exploitation ne dégagent pas un revenu suffisant : afin d’y remédier, la famille décide donc d’aménager son premier magasin de produits fermiers et d’augmenter sa présence sur les marchés des alentours de Paris.



De la production de volailles fermières...

Malgré une petite activité d’achat/revente, la famille a à coeur de proposer un maximum de productions issues de l’exploitation.

C’est ainsi qu’en 1998, l’élevage de volailles se réorganise en élevage plein air produisant poulets et pintades toute l’année et des volailles festives (chapons, dindes, oies...) de juin à décembre.

La production de volaille est organisée en lots : un nouveau lot d’animaux âgés de 5 semaines est mis en place toutes les 4 semaines dans les différents bâtiments déplaçables sur parcours herbeux. Ils seront nourris jusqu’à l’abattage avec un aliment fermier produit sur l’exploitation (maïs, blé, triticale) auquel est ajouté un complément de tourteau de soja. Du grit (morceaux de silex qui favorise la digestion dans le gésier des volailles) est distribué à volonté.

Entre 14 et 18 semaines, les volailles sont abattues directement dans le local construit en 1997. En effet lassés des trajets pour aller jusqu’à l’abattoir de Damville, Franck et Jérôme, réactifs et entreprenants décident de créer leur propre atelier pour préparer les animaux. Les frères EMERY projettent de présenter un dossier qui permettra d’obtenir l’agrément CE pour cet atelier d’abattage. Cet agrément donne la possibilité d’élargir la gamme d’animaux abattus ainsi que les modes de commercialisation.

Après avoir été plumées et effilées, les volailles passent sur les chariots de ressuyage en attendant d’être vendues entières ou transformées. Cette opération qui implique une baisse rapide de la température prévient le développement de microorganismes.

Un laboratoire dédié à la transformation permet également de confectionner pâtés, saucisses et autres rôtis qui seront ensuite vendus à la boutique. En période de Noël, les dindes, oies, poulardes et chapons prennent place sur les étalages pour le plus grand plaisir de tous !

Bon à savoir et gage de qualité : en 2008, les poulets des frères EMERY ont remporté le 1er prix au concours gastronomique de Rambouillet !




...à l’activité d’étangs de pêche

Toujours en quête de création de valeur ajoutée pour leur exploitation, les frères EMERY décident de profiter de l’affleurement de la nappe phréatique sur une parcelle proche du corps de ferme pour y créer un étang de pêche de loisir. Alimentés par un ancien lavoir et répartis en deux étendues d’eau, les étangs ouvrent à 6h. Le premier lâcher à 8h ainsi que le second à 14h offre 5 truites par pêcheur et par demi-journée. Le nombre de prises est illimité : le pêcheur habile ne repartira donc sûrement pas bredouille !

Des forfaits sont proposés à la demi-journée ou à la journée pour les particuliers. Les groupes ou comités d’entreprise peuvent également réserver à la journée. Cependant, l’agrandissement prévu de carrières cimentières toutes proches risquerait de compromettre cette activité.



Des projets plein la tête

Si au cours des années, les activités se sont multipliées sur la ferme, les frères EMERY ne comptent pas s’arrêter là.

Parmi les nombreux projets qui fleurissent dans leur tête, une rôtissoire devrait voir le jour à court terme afin de proposer aux clients, le poulet fermier, dans un premier temps à emporter, et à l’avenir à déguster sur place. L’aménagement de l’entrée de la boutique viendra faciliter l’accès, aux personnes handicapées notamment. Une ancienne étable pourrait être louée pour des repas, en lien ou non avec la location de l’étang. Et pourquoi pas se lancer dans une activité de chambres d’hôte ou de ferme auberge ?

Enfin, dans un avenir plus lointain, les frères EMERY songent à restaurer l’ancien moulin à eau qui a donné son nom à la Ferme. En effet, après la fabrication de farine, puis de chaux, de l’électricité en courant continu fut produite par la force du cours de la Montcient jusqu’en 1957.

Soucieux de leur patrimoine historique et architectural, les frères EMERY rêvent de pouvoir le remettre en marche un jour !



Informations

Retrouvez les produits de la ferme du Moulin du Haubert le 6 juin lors de la fête du PNR du Vexin français au château de Jambville (78) !

Ouverture des étangs : tous les jours de mars à novembre 6h-20h.

La Ferme du Moulin du Haubert

78440 - Brueil en Vexin
Tél : 01.34.75.39.37
Fax : 01.34.75.46.38




Commentaires

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire en ligne au rédacteur.



» christophelabrosse224 a dit :
Le 11-04-2013 20:07

Merci pour cet article. Est-ce que les chambres d'agriculture comme ça travaillent beaucoup avec la chaux agricole aussi? Comment est-ce que ça marche?