Accès professionnel réservé

Code oublié ?

Lexique

Vous avez dit, Jachère, CTE, agriculture raisonnée... ? L'agriculture a une terminologie propre, il est important de définir certains termes, souvent employés par les médias ou dans le langage, et parfois à mauvais escient ! Ce petit lexique devrait vous aider à vous y retrouver dans le jargon agricole !

A

Assolement : ce nom se confond souvent avec l'expression « rotation de cultures ». En fait, l'assolement est la répartition des cultures entre les parcelles d'un même finage. Il faudrait réserver le terme de rotation de cultures à la succession des cultures sur une même parcelle, qu'il y ait ou non un temps de jachère. L'assolement se justifie parce qu'on cherche à obtenir le meilleur rendement en épuisant le moins possible la terre.

B

Biocarburant : les biocarburants sont des carburants issus d'une matière première renouvelable, on sous-entend d'origine agricole. Le Diester est ainsi issu des cultures du colza, l'ETBE de celles du blé et de la betterave sucrière. En plus d'avoir l'avantage d'être issus d'énergie renouvelable, les biocarburants permettent de réduire l'émission de CO2 et par conséquent l'effet de serre.

Bioéthanol : voir ETBE.

C

Chimique (produit) : produit fabriqué par l'homme ou la nature, qui se compose d'atomes et de molécules.

Céréales : les céréales sont des graminées cultivées pour la production de leur grain. On compte 14 céréales, le blé tendre, le blé dur, le maïs, le riz, l'orge, le seigle, le sarrasin, le sorgho, le millet, l'avoine, le quinoa, le triticale, l'épeautre et l'engrain. Les 4 principales céréales cultivées en France sont le blé tendre, le blé dur, l'orge et le maïs.

Contrats territoriaux d'exploitation : Participant à la mise en place d'une agriculture durable, le CTE est un contrat conclu entre un agriculteur et le préfet du département pour cinq ans. C'est un engagement volontaire et personnalisé, portant sur la globalité de l'exploitation. Le CTE comprend deux grands volets : l'un socio-économique, l'autre environnemental et territorial. Il peut être élaboré à partir d'un projet collectif ou d'une démarche individuelle répondant aux enjeux du territoire.

D

Diester : huile végétale estérifiée utilisée pure ou mélangée à du gazole comme biocarburant pour moteur diesel(1 hectare de colza permet de produire 1.2 tonne de diester). L'impact sur l'effet de serre d'un bus roulant au diester est 3 à 4 fois inférieur à celui d'un bus roulant au gazole. Il est en outre un très bon lubrifiant, apprécié des pétroliers, qui se substitue très bien au soufre. A ce jour, un français sur deux équipé d'un véhicule diesel roule au diester sans le savoir (source Diester Industrie : www.prolea.com).

E

Emploi (dose) : la dose d'emploi est la dose à laquelle l'agriculteur utilise le produit phytosanitaire. Elle est toujours inférieure ou égale à la dose homologuée. En raisonnant ses interventions (« agriculture raisonnée »), l'agriculteur emploie le plus souvent une dose inférieure à celle homologuée : en 25 ans, 75% de quantités de produits en moins ont été en moins utilisés.

ETBE : dérivé de l'éthanol produit à partir de betteraves sucrières ou de blé, l'ETBE est utilisé en mélange à l'essence comme biocarburant. Son pouvoir détonant permet d'améliorer l'indice d'octane : il se substitue très bien au plomb. Tout comme le diester, l'ETBE améliore la qualité de l'air.

Epizootie : maladie contagieuse, comme la peste bovine autrefois, qui règne sur beaucoup d'animaux à la fois, et sur une grande région. Le terme s'oppose à enzootie. Pour lutter contre les épizooties, la première école vétérinaire fut créée à Lyon en 1762.

F

Fermage : mode de savoir-faire d'une propriété agricole par lequel un propriétaire cède à un agriculteur appelé fermier, pour un temps déterminé et moyennant un loyer annuel payable en argent ou en nature à un terme fixé, l'exploitation et la jouissance de sa propriété.

Féverole : petite fève, encore appelée « fève de cheval », qui est particulièrement réservée pour la grande culture proprement dite et pour l'alimentation des bestiaux.

Fongicide : substance utilisée pour protéger les plantes des maladies et champignons. Certains champignons produisent des toxines redoutables qui rendraient la production impropre à la consommation. A titre d'exemple en 1845, les cultures de pomme de terre ont été atteintes de mildiou en Irlande. L'ensemble des cultures ont été détruites et la famine s'est installée pendant 6 ans (1 million de morts).

G

Garde champêtre : agent communal chargé, depuis la Révolution, de la surveillance des propriétés rurales et de la recherche des infractions aux règlements de police municipale.

GFA : Groupement Foncier Agricole.

H

Hectare : un hectare correspond à une surface de 100 ares, soit à un carré de 100 m de côté, soit à 10 000 m2, soit à environ un terrain de foot.

Herbicide : substance utilisée pour protéger les plantes des mauvaises herbes (les adventices). Les mauvaises herbes puisent dans le sol ce dont la plante a besoin pour se développer (eau, air, « nourriture ») et limite son développement par un phénomène d'étouffement. Certaines mauvaises herbes peuvent rendre toxiques les cultures (ex : graines de nielle rendant autrefois le pain impropre). Deux chiffres sont à retenir : 1 graine de matricaire peut produire jusqu'à 200 000 graines, et 1 graine de sanve peut rester 35 ans dans le sol avant de germer.

Homologuée (dose) : chaque produit phytosanitaire avant d'être autorisé à la vente et avant de pouvoir être utilisé fait l'objet de nombreuses études : « il doit être homologué ». Ainsi 60% du budget de recherches de création d'un nouvelle matière active est consacrée aux recherches de toxicologie et de sécurité vis à vis de l'environnement. La dose homologuée d'utilisation de ce produit est la dose maximale autorisée et validée par le Comité d'homologation. Les agriculteurs utilisent toujours les produits phytosanitaires à des doses d'emploi inférieures aux doses homologuées.

I

Insecticide : substance utilisée pour protéger les plantes des insectes pouvant nuire à leur croissance ou à la qualité de la production. Seulement 16 pucerons par épi suffisent à dégrader la teneur en protéines des graines de 0.4 point (au-dessous d'une teneur en protéine de 10%, le blé n'est plus panifiable).

J

Jachère : état d'une terre labourable qu'on laisse sans culture pendant une ou plusieurs années, à l'effet de laisser le sol se reconstituer, pour produire ensuite plus abondamment. L'existence de la jachère s'explique par le manque de fumier et d'engrais.

K

Kermès : nom donné à différent hémiptères, appelés aussi poux des plantes. L'espèce la plus commune en France est une cochenille, la femelle du puceron dit coccus illicis, qui forme une petite coque ronde et rouge sur les feuilles, les tiges, ou les branches d'une espèce de chêne vert.

L

Lisier : liquide provenant du mélange des urines et des excréments des animaux, que l'on conserve dans des fosses couvertes pour s'en servir comme engrais. Le mot s'applique particulièrement aujourd'hui au purin des porcs.

M

Moisson : action de récolter le blé et autres céréales parvenues à maturité.

N

Nitrate : sel dérivant de l'acide nitrique qui comme engrais, joue un rôle important en agriculture. Très solubles dans l'eau (lessivage dans les sols par les eaux de pluie), les nitrates accroissent le rendement de la plupart des cultures, principalement les céréales.

O

Oléagineux : groupe de plantes cultivées essentiellement pour leur production d'huile, à usage alimentaire (colza, tournesol, etc.) ou industriel (lin, carthame, etc...).

P

Phytosanitaires (produits) ou « pesticides » : ensemble des substances utilisées pour protéger les cultures (à des doses égales ou inférieures aux doses homologuées). On les oppose bien souvent aux produits « naturels ». Or il faut savoir que nombre de molécules fabriquées par la nature sont de véritables poisons, et nombre de produits phytosanitaires sont issus de produits « naturels » (ex : la strobilurine synthétisée par un champignon des bois a permis la mise au point de l'azoxystrobine, premier fongicide utilisé dans le monde, dix fois moins toxique que la strobilurine). Le procédé de production des produits phytosanitaires est certes chimique, mais comme l'est celui utilisé par les plantes qui synthétisent leur propre « pesticides naturels ».

Protéagineux : groupe de plantes cultivées essentiellement pour leur production de protéines, comme les pois, les féveroles, le soja. Certains protéagineux, très riches en huile, comme le soja, sont appelés oléo-protéagineux.

Q

Quintal : à l'origine, poids de 100 livres soit 48.95 Kg à Paris. Depuis l'adoption du système métrique, le quintal métrique correspond à 100 kg, 10 quintaux faisant 1 tonne.

R

Rendement : quantité de produits récoltés par unité de surface, aujourd'hui par hectare.

S

Sarclage : opération qui a pour but de détruire les mauvaises herbes tout en ameublissant la surface du sol.

T

TGAP : la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) s'applique depuis le 1er janvier 2000 au domaine de l'eau et concerne à ce titre les produits phytosanitaires.

Triticale : céréale hybride créée au début des années 1970. C'est une céréale rustique qui valorise bien des terres de qualité moyenne. Il est apprécié pour sa paille plus abondante que celle des autres céréales et est utilisé pour la nourriture des animaux, en particulier pour celle des porcs et de la volaille.

U

Usure : prêt à intérêt trop élevé.

V

W

X

Xylophage : insecte, comme les termites, les vrillettes, qui se nourrit du tissu ligneux des plantes et en particulier du bois des bâtiments en y creusant des galeries et en fragilisant les charpentes.

Y

Yeux : bourgeons de la plupart des arbres fruitiers.

Z

Zizanie : ivraie, mauvaise graine qui pousse parmi le bon grain.